Personal tools
Home Commune Services communaux Cadre de Vie et Logistique (CVL) Environnement Protection de l'environnement Les cimetières de véritables espaces verts
Document Actions

Les cimetières de véritables espaces verts

Gérer autrement les espaces publics

 

En 1984, la Wallonie avait déjà légiféré afin d’interdire l’utilisation d’herbicides dans les espaces publics, à l’exception de certains endroits (pavés, graviers, allées de cimetières).

En 2013, la Wallonie a transposé la directive européenne qui interdit toute utilisation de produits phytopharmaceutiques dans les espaces publics.

Cette transposition du texte européen a fait l’objet d’un décret et d’un arrêté du Gouvernement wallon qui visent à fixer un cadre permettant une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable. Ils ont pour objectif de réglementer de manière stricte l’usage des produits phytopharmaceutiques, particulièrement dans les lieux publics.

Une profonde modification de la manière dont sont gérés les espaces publics doit être opérée sur le territoire d’Aiseau-Presles à l’instar des autres villes et communes wallonnes.

Ainsi depuis le deuxième semestre de l’année 2015, la Commune d’Aiseau-Presles a souhaité ne plus utiliser aucun produit phytopharmaceutique, notamment désherbant, sur les espaces publics.

Une gestion différentiée des nos espaces publics est l’opportunité pour tous de bénéficier d’un cadre de vie plus sain, d’intégrer les espaces verts dans le maillage écologique du territoire et de diversifier les paysages de la commune.

 

 


Les cimetières de véritables espaces verts

 

La Commune a opté pour une gestion différenciée de ses 6 cimetières qui vise à répondre à de nouveaux enjeux écologiques (limiter les pollutions, favoriser la biodiversité, préserver les zones de captage, …) dont leur entretien doit être pensé différemment tout en s’adaptant aux exigences de la nouvelle législation en matière de pesticides.

Concrètement, cela implique la création de zones enherbées, le fauchage tardif…. Mais tout cela demande du temps, ce qui se traduit par la pousse d’herbes folles entre les tombes qui peut donner l’impression d’un laisser-aller.

Tolérer les plantes spontanées ne veut pas dire laisser à l’abandon.